LIVRE D’OR (245 msg)

VOTRE NOM :
VOTRE EMAIL :
Votre adresse email n’apparaitra pas sur le site !!!
MESSAGE :

                 Entrer le numéro ANTI-SPAM que vous voyez sur l’image ci-dessous.
Ce filtre est mis en place pour éviter l’intrusion automatique de
publicités indésirables dans le livre d’or. Merci de votre compréhension.

 

ANTI-SPAM :

Message de Armando CARDOSO-PAULO
Je viens d’apprendre que tu as quitté ce monde ; je suis triste, profondément triste de ne pas t’avoir revu depuis ton départ de Paris, et ne pas t’avoir accompagné dans tes souffrances physiques. Tu n’es pas très loin, juste derrière cette porte, tu vois et entends tout, et comme toujours tu ne diras rien. Je T’AIME TRÈS FORT VIEUX COMPLICE ; je me souviens de nos discussions interminables dans les couloirs de la télé … :). Reposes-toi et prépare l’apéro, on se reverra la-haut.

Message de Nathalie Douault
Je tiens à remercier personnellement toutes celles et ceux qui témoignent à Robert, par des mots simples et touchants, leur amitié et leur sympathie.
Robert était un être sensible, un homme de coeur, et de là où il se trouve, je suis certaine qu’il apprécie vos messages.
En tant qu’épouse, je me dois de continuer à faire vivre ses oeuvres, ces jolis cadeaux qu’il nous laisse.
Il disait souvent “Il faut laisser une trace de notre passage sur terre”. Pour lui, c’est chose faite.
Merci à vous, amis(es), famille, lecteurs et lectrices pour avoir aimé son style, sa poésie et sa simplicité.
Nathalie

Message de Pascal Colin
Robert, je viens d’apprendre ta disparition. Ma tristesse et mon chagrin n’ont pas de mesure… Tu me manque.

Message de sybille PIERROT
je viens de finir “l’ombre du souvenir”!j’ai découvert votre sensibilité et votre talent d’écrivain…merci pour cette belle rencontre!

Message de Christine, ton amie
Robert je viens en ce triste jour pour te dire combien la vie est cruelle. Tu nous a quitté hier, dimanche 17 février 2013. Je voudrais te rendre un dernier hommage car tu es un homme au grand coeur. J’aurais aimé te revoir, mais la vie en a décidé ainsi. Gros bisous mon Robert, je ne t’oublierai jamais
.